étude santé 1

Etudier les réactions de l'organisme à l'hypoxie et aux activités de montagne.

Étudier les réactions de l’organisme humain exposé à la montagne et aux activités qui y sont associées (habitat, loisirs, travail, etc.), tel est l’objectif de la Chaire de recherche Montagne Altitude Santé lancée en 2018 avec le soutien de la Fondation UGA et portée par Samuel Vergès, Directeur de recherche INSERM, physiologiste au sein du laboratoire Hypoxie et Physiopathologies (HP2 – Université Grenoble Alpes/INSERM).

Nos 3 axes de travail

Axe #1

Nous étudions les réactions à l'hypoxie en altitude pour identifier des indicateurs de tolérance et des solutions pour les environnements en haute altitude. Notamment, notre projet principal, Expédition 5300, explore l'adaptation humaine à l'hypoxie chronique au Pérou.

Axe #2

Notre travail se concentre également sur les activités sportives en montagne, notamment le trail, en étudiant leur impact et en établissant des collaborations avec des événements sportifs et des partenaires industriels, ainsi que sur les travaux sur la moyenne montagne de l'Isère.

Axe #3

Enfin, l'exploration des bienfaits de l'hypoxie sur la santé englobe la considération d'applications préventives et thérapeutiques pour diverses pathologies, notamment les troubles cardiovasculaires et métaboliques. Ces recherches offrent des perspectives pour la médecine personnalisée et l'ouverture de nouvelles voies thérapeutiques.

chaire montagne altitude santé

L'hypoxie, thématique centrale.

Plus l’altitude est élevée, plus la pression atmosphérique et donc la pression de l’oxygène que nous inspirons diminuent, ce qui réduit l'oxygénation du sang alimentant l'ensemble de notre organisme : c'est l’ « hypoxie d'altitude » qui affecte toute personne se rendant en montagne que ce soit pour les loisirs, des raisons professionnelles ou d’habitat. L’hypoxie peut induire des réponses et adaptations permettant à l’organisme de tolérer l’altitude, mais elle peut également lorsqu’elle est trop sévère avoir des effets dommageables pour la santé (mal des montagnes, pathologies respiratoires, etc). L’hypoxie peut par ailleurs être considérée comme un stimulus capable d’induire des mécanismes de protection et thérapeutiques utilisables face aux grandes maladies chroniques de notre époque (cardiovasculaires, métaboliques, etc). L’environnement de montagne et d’altitude du fait de l’hypoxie mais aussi d’autres spécificités environnementales telles le froid et le rayonnement solaire constitue ainsi un domaine de recherche important en santé avec des applications multiples dans le domaine médical, industriel, aéronautique ou encore spatial.

Chaire Montagne Altitude Santé

Notre fonctionnement.

Notre équipe identifie des questions et thématiques d’intérêt dans le domaine de la montagne et de l’altitude en lien avec la santé humaine. Nos relations avec les acteurs de terrain contribuent à l’identification de telles questions d’intérêt général et permettent également la diffusion des résultats auprès des personnes concernées. Le mécénat nous permet alors de réunir les ressources scientifiques, matérielles et financières nécessaires à la réalisation des recherches, qu’elles se déroulent en laboratoire et/ou sur le terrain. Les résultats obtenus donnent lieu à une diffusion de la connaissance et des découvertes auprès des partenaires, de la communauté scientifique et du grand public. 

Qui sont nos chercheurs ?

Le laboratoire Hypoxie Physiopathologie (HP2) de l’INSERM et de l’Université Grenoble Alpes est devenu en 15 ans le leader français et un des groupes internationaux les plus reconnus dans le domaine de la recherche sur l’altitude et l’hypoxie. Les travaux de cette équipe ont conduit à de nombreuses publications scientifiques de haut-niveau et ont un fort impact sociétal avec en particulier un important retentissement dans le domaine de l’altitude (en ce qui concerne les personnes y voyageant ou y résidant de façon prolongée voire permanente) ainsi que dans le domaine des maladies respiratoires (syndrome d’apnée du sommeil, bronchopneumopathie chronique obstructive, etc).

Laboratoire HP2 à Grenoble

Le Laboratoire HP2 de l’Université Grenoble Alpes (Unité INSERM) et l’UM Sports Pathologies du CHU Grenoble Alpes constituent une des équipes les plus dynamiques en physiologie de l’exercice et médecine du sport et de l’altitude. Le laboratoire HP2 regroupe une douzaine de chercheurs experts de l’altitude et de l’hypoxie conduisant des études relatives aux adaptations à l’exercice et à l’hypoxie ainsi qu’aux techniques d’entraînement ou de réhabilitation. L’UM Sports Pathologies du CHU de Grenoble collabore à ces travaux et évalue et assure le suivi de nombreux patients et sportifs, avec un plateau technique très complet et une équipe de médecins et spécialistes du sport (nutritionniste, psychologue, spécialiste de la lutte contre le dopage...) et de la montagne. Cette équipe a conduit plusieurs recherches dans le domaine de la performance sportive, de la médecine d’altitude et de la réhabilitation de patients atteints de pathologies chroniques.

Chaire Montagne Altitude Santé et Laboratoire HP2

Notre équipe grenobloise collabore avec de nombreux chercheurs et organismes en France et à travers le monde, comme l’Ecole Nationale des Sports de Montagne à Chamonix, le centre d’Expertise sur l’Altitude EXALT, les Universités de Lyon, Poitiers, Marseille, Zurich, Milan, Kelowna, Lima, Puno, etc…

Retour en haut